Voir les autres épisodes Sur La Route
Sur La Route #8
Mardi 26 Septembre 2017

avec Nicolas Quilliet Matthieu Thiriez

CEO de Nuukik

Bonjour tout le monde. On est mardi. Il est neuf heures.

On est en direct de ma voiture,

en live sur Facebook.

Je m'appelle Nicolas QUILLIET, on tourne l'épisode numéro huit de "Sur La Route".

Sur La Route, aujourd'hui, avec mon invité Matthieu THIRIEZ.

Matthieu THIRIEZ, c'est le CEO, le patron de la startup NUUKIK.

NUUKIK, il va nous expliquer ce que c'est.

On va discuter avec lui de deux choses.

La première, c'est des startups week-end.

Il va nous détailler un petit peu plus

ce que c'est cette façon d'entreprendre, les startups week-end.

Puis de ce qu'il a relancé, il y a quelques années sur Lille, les Apéros Web Lille, un vrai réseau.

Il va parler de tout cela.

Voilà, on accueille tout de suite mon invité Matthieu THIRIEZ.

Bonjour Matthieu !

Salut Nico !

Ça va bien ? La forme ?

Cela fait une baille !

On est parti ?

- Elle est où la Megane ? - Allez go sur la route. Elle a changé la Megane.

Ce n'est plus la même voiture que tu as connue il y a quelques années.

Oui, c'est vrai. Cela fait combien de temps qu'on se connaisse alors ?

À toi de me le dire ?

Je pense que c'était en 2010 après les U.S et du Canada.

Je travaillais chez Auchan et tu étais venu nous présenter

c'était quoi ton projet, Social Trends. C'est cela ?

C'est Social Trends, c'est la première version qu'on a faite dans le temps.

On n'est pas là pour parler de moi, mais de toi.

Pour parler de toi, tu m'as fait une première remarque qui est que je me suis trompé sur le jingle.

Matthieu, cela prend deux "t", mais pas un seul "t".

Une précision importante, tu n'es pas le C.E.O de NUUKIK.

Je suis le D.G.

Tu es le directeur général.

- Je vais expliquer cela en... - Explique ce que tu es et ce que tu fais aujourd'hui chez NUUKIK ?

Alors, je parle de NUUKIK, je parle de moi et qu'est-ce que je présente ?

Présente NUUKIK déjà. Quel est ton métier aujourd'hui?

NUUKIK, on est spécialisé dans la personnalisation de l'offre commerciale dans le Retail.

Oui !

Notre métier, c'est de prendre les infos aux utilisateurs totalement personnalisées.

D'accord !

C'est-à-dire qu'on va travailler sur des sites de E-commerce.

Où on va personnaliser l'offre avec des pages d'accueil personnalisées,

??? sur les fiches produits, sur les newletters.

On va aller plus loin, on va faire sortir du site E-commerce pour aller sur ??? de distribution,

comme le Call-Center.

Oui !

On va intégrer dans les back-offices du téléopérateur de la personnalisation.

Oui !

Quand quelqu'un appelle, le téléopérateur puisse tout de suite

le connaître et savoir de ce qu'il faut lui proposer.

Dernièrement, c'est ce qui nous a permis de voyager un peu beaucoup.

Oui, vous gagnez des prix

Le Canal Print.

Le papier ?

Voilà exactement, on est en train de remettre à la mode le Canal Print.

Pour nous, c'est important de mettre cela dans le marketing mix.

L'idée, c'était d'intégrer de la personnalisation dans du catalogue

et dans les campagnes de marketing direct.

Du Web, du magasin

Magasin aussi.

et du print.

On a cela dans les tablettes vendeurs : du print, de la newsletter.

Cela s'appelle NUUKIK. Tu n'es pas le CEO parce que tu as un associé. C'est cela ?

Exactement !

- Passe lui le bonjour. - Salut Florent !

- Voilà, Bertrand, la semaine dernière, parlait des associés. - Bertrand Maux.

Exactement ! Ce que j'ai fait moi avec Florent,

notre histoire, c'est qu'on est très complémentaire.

On ne se connaissait pas avant et un petit conseil à tout ce qui veulent entreprendre,

c'est important d'avoir des gens qui ne sont pas dans le même mindset que vous.

Puisque dans une boîte, pour moi, il faut des ronds et des carrés.

Qui sont complémentaires, avoir des profils complémentaires.

C'est d'ailleurs, dans mon parcours d'entrepreneur

que j'ai rencontré Florent grâce aux startups week-end.

Raconte-nous déjà, redis-nous : qui tu es ?

Toi Matthieu, quel âge tu as ?

Qu'est-ce que tu fais et ce que tu as fait dans la vie, surtout tes études ?

Cela m'intéresse aussi d'où tu viens ?

Puis comment as-tu rencontré ton associé ?

J'ai un parcours assez atypique.

J'ai eu la chance de partir passer mon bac aux US quand j'avais 16 ans.

Alors, vous imaginez un petit Lillois qui part.

- Où cela, aux États-Unis ? - Je suis parti dans les Minnesota et Indianapolis.

D'accord !

Je suis parti un an un peu loin de tout.

Puisque je n'ai pas l'entrevue en France et je me suis trouvé avec une soixantaine d'étrangers

comme moi qui en venait partout du monde.

À 16 ans ?

À 16 ans, on était en 2012. Cela a un peu changé ma vie,

puisque quand je suis rentré en France, je parlais l'anglais couramment.

Oui !

J'avais une vivant du monde différemment de la plupart de mes potes du coin.

J'avais envie de revoyager et voire autre chose en me disant que je n'avais plus frontière.

Je suis reparti, j'ai fait des études de commerce.

Oui !

Une école de commerce ?

Une école de commerce, oui ! J'étais à ??? j'ai fait des Erasmus.

Là, j'ai eu la chance de rencontrer quelqu'un qui est devenu ma femme.

Donc en Autriche.

D'accord !

Elle est américaine.

En Erasmus !

- Exactement ! - Super !

Cela m'a un peu encore faire réfléchir à ce que je voulais faire.

Je suis un peu comme tout le monde,

se poser des questions quand on est au début de la vingtaine : qu'est-ce qu'on fait ?

Il y a Gary Vaynerchuk qui avait parlé d'un truc

qui disait : "à 21 ans, si vous ne savez pas ce que voulez faire ou avant,

ce n'est pas grave, vous avez encore du temps."

Oui !

C'est un peu cela, je me disais : "qu'est-ce que je fais ?"

Je faisais comme tout le monde, je faisais la fête, je faisais les BDE, etc.

Toujours en me posant : qu'est-ce que je vais réussir à faire demain ?

Le fait d'avoir quelqu'un qui était proche de moi, de l'autre côté de l'Atlantique,

je me suis dit : "il faut que j'apprenne à nager dans Internet".

Ce que j'ai fait, c'est que je me suis intéressé à

tout ce qui était réseaux sociaux,

à lire pas mal de bouquins

et à Twitter surtout... Twitter, c'est...

D'accord !

Tu es super actif sur Twitter.

Je l'étais beaucoup, je l'ai un peu moins avec...

Mais grâce à Twitter, on peut aller plus loin.

On peut en fait suivre les auteurs de bouquins,

les patrons de grande boîte et écouter ce qu'ils peuvent se dire, etc.

C'est un de tes conseils aussi.

C'est d'utiliser à max Twitter, parce que cela...

Pour faire de la veille.

Cela réduit la distance entre les personnes.

Exactement !

Que tu ne peux pas forcément contacter.

Exactement ! Cela permet aussi de contacter des gens de façon différente.

Cela marche vraiment sur tous les secteurs d'activité.

Pour le service client, c'était absolument génial.

Mais directement, pour contacter quelqu'un ou à faire connaître quelqu'un.

Oui !

Il y en a qui font cela pour toucher des journalistes sur des salons.

Oui !

Donc, on faisait de la veille, en étant ???

vous voyez pour les Jeux olympiques de Vancouver,

je suis rentré chez moi et j'ai rencontré le nouveau voisin de mes parents.

Tout était un concours de circonstances.

Oui !

Il faut justement sauter sur toutes les occasions.

Cette personne était le CEO Auchan Chine

qui est revenue en France pour reprendre ??? innovation groupe.

OK !

Il a vu mon profil, immédiatement, mon profil est assez atypique, il m'a proposé un job en fait.

Tu es embauché chez Auchan.

Voilà !

OK !

Je suis arrivé chez Auchan en tant que chargé d'étude sur tout ce qui est éveil stratégique.

D'accord !

Mon métier, c'était de comprendre l'information qui passait entre les différents métiers.

Donc, c'était Auchan Group.

Pourquoi justement, il fallait faire de la veille en entreprise

et la communiquer de la meilleure façon possible ?

Oui !

Dans mes sujets de prédilection, j'avais tout ce qui était stratégie d'acquisition des startups.

J'avais tout ce qui était technologie et l'influence de la technologie

sur le comportement des consommateurs.

Oui !

Tout ce qui était consommation corrélative. Un petit coucou à Wilsher.

C'était au début de Wilsher aussi tout cela.

Oui !

On faisait beaucoup de veilles.

Ce qui est intéressant qu'on touchait à toutes les différentes branches de champs.

Que ce soit à la banque.

une vie assez particulière.

Et c'est cela qui t'a donné l'envie de créer ?

En fait c'est entreprendre, on n'est pas entrepreneur.

Oui !

On le devient.

Oui !

Après il faut savoir saisir les chances et les opportunités.

Oui !

à apprendre des choses à des grands patrons.

j'apprenais tellement de choses

En retour, tu apprenais énormément de choses.

J'apprenais tout leur savoir-faire et c'était, cela n'a pas de prix.

Oui !

Je mettais de l'argent de côté et quand je faisais ma veille,

j'ai découvert ce qu'on appelle les startups week-end.

Les startups week-end. Raconte-nous un petit peu ce que c'est.

Alors startup week-end, cela a commencé à Seattle, c'est Techstars qui a lancé cela.

C'est Google aujourd'hui ?

Alors, Google Entrepreneurship sponsorise l'évènement.

D'accord !

Donc qu'est-ce que c'est ? C'est un concours de création d'entreprises en 54 heures.

Parce qu'il y a des gens qui ont envie de créer et il y a des gens qui ont envie de lancer.

Il y en a certainement qui nous regardent et qui disent : je veux monter ma boîte.

Je veux faire blottir dans un projet.

Par contre, je n'ai pas d'idée forcément.

- Ou je ne connais pas... - Ou je n'ai pas d'équipe.

Je le recommande à tous d'y participer.

Donc, pour vous donner vraiment ce que je pense que c'est.

Week-end en 54h, on arrive le vendredi soir.

Oui !

avec un...

Pitché c'est ?

Le pitché, c'est expliqué son idée et là le challenge, c'est de le faire en une minute.

D'accord !

Concrètement, ce n'est pas un exercice facile.

C'est l'exercice le plus difficile de l'entrepreneur comme avoir son premier client, ce n'est pas évident non plus.

Une fois que le projet est sélectionné, il y a des équipes qui se forment.

Oui !

L'équipe...

Parce qu'il y une cinquantaine de personnes qui sont inscrites

C'est entre 50 et 120 personnes.

Personne ne se connaît vraiment ?

Personne ne se connaît. La première fois que j'y étais, je ne connaissais personne.

Tu ne connaissais personne,

tu y es allé, tu es rentré dans la salle

Oui !

et tu as dit : ""moi, j'ai peut-être..."

Alors tu as dit : "j'ai une idée."

J'ai une idée.

Oui !

Je voulais révolutionner un peu la façon dont les gens utilisaient l'ordinateur.

- D'accord ! - J'en ai eu marre de rentrer chez moi

et que mon père me dit tout le temps : "tiens tu peux m'aider, je ne sais pas faire cela."

Oui !

Ce n'est pas très facile et mon idée s'appelait : fais-le tout seul.

- Donc rien à voir avec ce que tu fais aujourd'hui. - Absolument !

Rien à voir !

Donc, j'ai rencontré des gens.

Oui !

Je vous remercie d'ailleurs, c'est Maxime Grosjean qui a apporté cela sur Lille.

C'était un Centralien qui a lancé la startup week-end sur Lille.

J'ai rencontré pas mal de gens

D'accord !

et effectivement une personne qui est un de mes meilleurs amis de mon réseau social actuel.

J'ai vu que c'est central qui utilisait et qui faisait beaucoup les startups week-end

je me suis dit que je peux les aider.

Je fais énormément de veilles.

Je connais tous les blogs high-tech qui passent en ce moment.

Juste... Vas-y !

À ce moment-là, je me suis intégré à leur équipe.

D'accord !

Je les aidais à sponsoriser les évènements, à chercher des sous, etc.

Donc, ce n'est pas durant la startup week-end auquel tu as participé que tu as créé NUUKIK.

Il y en a beaucoup des startups week-end.

- Auquel tu as participé ? - Il y en a une dizaine.

Ah oui, d'accord !

J'ai organisé ???

D'accord !

Et c'est par ce biais-là qu'on m'a mis en relation avec Florent

qui est une personne très complémentaire à moi-même.

Donc Florent qui est ton associé aujourd'hui.

Voilà et qui est un ingénieur IG2I et un professeur de Secu à Centrale Lille.

C'est vrai que le profil est très complémentaire : lui ingénieur et toi commerce business.

Et vous ne vous connaissez pas ?

On s'est vite fait rencontré sur Twitter.

Oui, mais startup week-end

On passe 72 h enfermé dans une pièce et on ressort avec une idée de startup, une équipe

et du réseau.

Puisque le plus important aussi, c'est de se dire les gens qui sont autour de vous,

ce sont les gens qu'il faut rester en contact avec.

Quand on regarde aujourd'hui les gens qui ont créé des startups week-end,

si vous connaissez Jimmy Fairly dans Vieux-Lille pour les Lillois

déjà, ces lunettes viennent de chez eux,

cela a été fondé sur startup week-end.

- C'est quoi, c'est un marchand de lunettes ? -C'est un marchand de lunettes.

Donc, il n'y a pas que des thématiques digitales en plus dans les startups week-end.

Récemment, le MITI a sélectionné des jeunes Français dans leur concours.

Il y a un Lillois

qui a créé un exosquelette donc, c'est un Centralien

qui fait aussi les startups week-end.

Il fait partie des jeunes les plus prometteurs du MITI.

Il faut avoir une idée sur le Web.

Non, c'est toute idée de changement, qui aide à changer la vie

et qui aide à apporter une solution.

C'était une boîte qui s'est aussi lancée sur la startup week-end,

mais la polytechnique comme facilitateur.

C'est DREEM, vous avez peut-être entendu parler,

ils ont levé un peu plus aux alentours de 20 millions de levés.

D'accord !

C'est un bandeau pour aider à dormir.

D'accord !

Ils sont aussi issus dans startups week-end.

C'est super intéressant !

Puis, on voit vraiment qu'il n'y a pas d'excuses

"pour ne pas entreprendre et ne pas essayer".

Puisqu'il y a tout un écosystème qui existe.

Il y a une contrainte.

Vas-y !

C'est le week-end.

C'est-à-dire que tu dois bloquer ton week-end.

Tu dois bloquer ton week-end.

Moi, je serai sur la droite.

Puisqu'on fait un voyage efficace,

puisque je te ramène chez toi. Hop, je tourne à droite.

Tu fais, comme je n'ai pas de GPS puisqu'on tourne l'émission, tu m'indiques la route.

Startup week-end, c'était cela, j'ai rencontré Florent, on s'est rencontré après...

Cela fait maintenant...

...dans un petit réseau de Lille.

Combien de temps que vous êtes associés ?

Cela fait 06 ans qu'on s'est rencontré et qu'on a lancé la boîte.

D'accord !

Puis on a plus de 150 clients, tous les secteurs d'activités.

Que ce soit en France ou à l'étranger.

Cela avance, cela n'a jamais été facile la vie d'entrepreneur.

C'est un...

C'est une montagne russe.

Tu sais ce que c'est ?

Un jour, on peut être le mec le plus cool du monde

et trois minutes après, on est le mec le plus ??? du monde.

Parce qu'on apprend une nouvelle ou autre chose.

C'est là où c'est top d'avoir un associé, c'est que vous pouvez partager ces choses-là.

Exactement et cela évite de ne pas dormir.

Cela évite de faire des cauchemars toute la nuit.

OK !

Voilà ! Les startups week-end, je pense que tu étais assez clair là-dessus.

C'est vraiment l'incontournable quand on veut créer... attester.

L'autre incontournable sur Lille aujourd'hui,

c'est quelque chose que tu as relancé, il y a trois, quatre ans maintenant,

puisque tu parlais des réseaux.

Oui !

Le réseau et les rencontres, c'est indispensable,

parce que c'est là qu'on va créer quelque chose,

qu'on va saisir essentiellement une opportunité.

Et il y a depuis trois, quatre ans, un évènement qui s'appelle "les Apéros Web Lille"

que tu as relancé.

Alors, c'est aussi une rencontre.

Qui regroupe, je vais lâcher le morceau toute de suite,

mais qui regroupe plus de 1000 personnes.

Le plus gros, ceux qui sont au CONEXT ou qu'on a faits avec leur technologie.

Oui !

Voilà l'histoire de l'Apéro Web.

Pierre-Alain Baly, que certains d'entre vous connaissent,

qui arrivait sur Lille, il y a quatre, cinq ans.

Il travaillait pour la Foir'Fouille.

Oui !

Il était arrivé sur Lille, encore à Twitter, il a twitté "Apéro E-commerce".

On se retrouve ???

Oui !

Parisien qui arrive sur Lille. Salut ???

Ils aimaient bien les cocktails et ils ne buvaient pas de bière à ce moment-là.

Sinon...

On est arrivé, je suis arrivé sur la gauche.

Je ne connaissais personne, mais je me suis dit : "allez, j'y vais, je vais essayer de rencontrer des gens

qui vont être intéressants".

Et on s'est revu.

???Je ne connaissais personne sur Lille

ce serait intéressant de rencontrer du monde.

Là, il a eu l'idée, on a eu l'idée en fait, de se dire : pourquoi ne pas organiser un apéro

où on mettrait nos réseaux à la disposition.

Moi, j'aime bien faire du réseau où je connais pas mal de monde.

Oui !

Je commençais à inviter tous mes contacts que je connaissais pour l'évènement.

Il a fait la même chose que chez Auchan.

Sauf que le premier, vous vous êtes rencontrés juste ensemble.

Le premier, on était à trois.

Trois à boire un coup

Il y a moi, Pab...

Gros Apéro Web.

...et Pierre Santa-Cruz, que je salue aussi,

qui fait les AppDays & RetMo maintenant.

Je vous invite à regarder, c'est génial.

C'est comme cela que cela a commencé.

D'accord !

Des non-Lillois qui arrivent sur Lille et qui voulaient connaître un peu Lille.

On a décidé d'organiser cet apéro. Pab a utilisé son réseau d'Auchan.

Il a continué en créant le site, on a la page qui regroupe pas mal de monde maintenant.

C'est une page Facebook ou c'est un groupe Facebook ?

Page Facebook.

D'accord !

Tout simplement.

- Apéro Web Lille. - On est vraiment en mode sans tabou.

On veut que les gens viennent.

Ce n'est pas une association.

Pas du tout.

- Les gens se regroupent comme ils ont envie. - C'est juste un after Works.

Tu m'indiques la route ?

Tu peux faire le tour.

On est passé devant.

Donc, l'idée, c'est de créer un apéro sans tabou, sans étiquette.

Oui !

Parce qu'on veut que des personnes connues puissent venir.

On a eu des gens qui venaient.

Si l'on devait mettre des étiquettes sur eux, tout le monde aurait voulu leur parler.

Ce n'est pas l'objectif.

Oui !

L'idée, c'est de faire un sujet sur le Web.

Quand tu dis "les étiquettes",

en fait, ce sont des petits trucs comme on a dans tous les trucs de Networking où on a le nom.

On nous l'a beaucoup demandé, là on est en plus en mode : c'est un apéro after-Works pour décontracter,

pour être décontracté.

Oui !

Tu veux rencontrer des gens, introduis-toi et discute avec les gens.

Oui !

On est sympa, personne ne va t'envoyer bouler si tu ne connais pas personne.

C'est un peu le principe, c'est un lieu où on se retrouve tous les mois dans un bar différent.

C'est tous les mois ?

Tous les mois ! L'idée, c'est de changer de bar.

D'accord ! Tous les mois, c'est un autre lieu ?

Oui !

OK !

Le prochain, c'est au salon de CONEXT.

Donc, il va y en avoir encore beaucoup de monde certainement.

Exactement, l'idée en fait, c'est qu'en changeant de bar,

les gens ne se retrouvent pas exactement dans les mêmes coins.

Cela permet de créer une nouvelle ambiance à chaque fois.

Cela nous permet aussi de faire découvrir les bars de Lille.

C'est sympa. Il y en a énormément, il y a un nouveau qui se crée.

Cela crée encore du lien avec les différents patrons de bar.

On a justement sollicité l'un d'entre eux pour faire un traiteur sur un autre évènement par la suite.

Donc, c'est vraiment bien.

Les gens se regroupent, tu arrives à quelle heure ?

Généralement, c'est aux alentours de 19 h, c'est après le boulot.

Après le boulot, tu vois cela comme tu veux.

Voilà !

Tu bois un coup avec modération.

Voilà !

Et tu échanges avec des gens qui tu connais.

Exactement !

Et des gens que tu ne connais pas.

Exactement, sur des sujets qui peuvent être sur le Web.

C'est le sujet, central quand même, tous ces gens ont un point commun.

c'est qu'ils travaillent dans le domaine du Web.

Exactement, c'est le seul évènement où on ne va pas vous dire d'arrêter de travailler,

arrêter de parler de travail.

Là, tu as le droit de continuer à parler de boulot, mais en étant décontracté.

Tout à fait !

Ce n'est pas mal.

Tu es déjà venu d'ailleurs ?

Je suis venu deux, trois fois. Oui, je suis venu deux, trois fois carrément

mais pas dernièrement.

Mais le prochain, c'est quand justement alors ?

Alors, c'est pendant le Salon VAD. Le Salon VAD, rappelle-moi la date.

C'est en octobre ?

J'ai un doute, c'est le 17.

C'est 17, on mettra un petit lien sur la page en commentaire pour rappeler le salon VAD,

puis des invitations aussi à l'évènement.

Il faut prendre votre place pour l'évènement.

Ce n'est pas payant ?

Ce n'est pas payant.

Mais, il faut s'inscrire.

Exactement !

OK ! Super ! Matthieu, merci beaucoup

- Nico, c'était un plaisir ! - Pour cet échange, je te remercie et je te laisse sortir.

Cela marche ! Merci !

Je t'enlève ton petit micro.

Et en plus, je t'ai déposé chez toi.

Allez, salut ! Très bonne journée.

Voilà c'était Matthieu Thiriez, le directeur général de NUUKIK

On nous a expliqué l'importance, et là je pense qu'il a été clair, des startups week-end.

On ne peut pas se donner comme excuse : "je n'ai pas d'idée ou je n'ai pas le temps."

Puisque c'est les week-ends, il faut se bloquer en week-end.

Pas d'idée, ce n'est pas grave, on en trouve sur place.

Pas d'équipe, ce n'est pas grave, on en trouve sur place.

Cela permet de regrouper tout un ensemble de personnes le temps d'un week-end

pour échanger, discuter et trouver vraiment la bonne idée, le bon projet.

Pourquoi pas au bout de 72 h, on va un petit moins 54 h

sortir avec une startup à créer dès le lundi

et se lancer sur une nouvelle idée.

Les apéros Web, le côté festif et sympa du réseau, tous les mois, il faut aller

au moins une fois, vous y verrez plein de monde sur Lille.

Cela, il n'en a pas parlé, mais cela était décliné

donc pas mal d'autre ville en France, Apéro Web, le nom de la ville sur Facebook.

Cela permet aussi de se faire un réseau : discuter avec des gens

qu'on n'a pas l'habitude de rencontrer.

Voilà, la 8e émission est finie. Je vous remercie.

Je vous remercie aussi, un petit mot rapide en dehors de l'émission.

Puisqu’on est 500 personnes, vous êtes 500 à vous être abonnés à la page Facebook de Sur La Route.

Merci beaucoup ! On est sur des vidéos qui atteignent environ 5.000 vues.

Cela veut dire que chacun fait son boulot de partage de la vidéo.

C'est top parce que le contenu vous intéresse.

Voilà, c'est le principal, c'est ce qui moi m'intéresse ce qu'il y a du bon contenu

et que vous apprenez de choses en regardant ces vidéos.

Donc, continuez de partager, liker la page.

C'est top.

Une petite annonce, on m'a beaucoup demandé, si je pouvais mettre à disposition uniquement le podcast : le son.

Puisque vous êtes nombreux à non pas regarder l'émission, mais à l'écouter le matin ou la journée.

Donc, je vais prendre le temps de prendre toutes les émissions

et les mettre en podcast sur iTunes.

Si vous avez d'autre là, les fans d'Android sont sollicités.

Si vous savez où est-ce qu'il faut mettre les podcasts sur Android.

Dites-le à moi puisque je n'y connais rien.

Donc, je le ferai sur iTunes et sur Android.

Merci à vous ! Très bonne journée !

Bougez-vous, entreprenez, faites des projets et avancez.

Je vous dis à la semaine prochaine.

Mon invité de la semaine prochaine, c'est Dominique Shine.

Dominique, son surnom est homardpayette, c'est un photographe professionnel.

Il va nous expliquer comment il est passé

de réparateur informatique sur ses premiers petits boulots

à photographe officiel d'Adidas en France.

Aller shooter Karim Benzema dernièrement.

Voilà, il va nous expliquer ce parcours atypique.

On discute de cela avec lui la semaine prochaine

Mardi 09h en live sur Facebook : Sur La Route.

Salut ! Très bonne journée ! Bye !

Émissions qui peuvent
vous intéresser
(voir tout)